9 Raisons Pour Lesquelles Ebola Est Loin D’être La Fin Du Monde

Etes-vous au courant? L’apocalypse est là. Il est partout, en Afrique, en Europe, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Des histoires émergent autour d’un virus qui est plus ancien et plus vicieux que ses soeurs « la peste noire » et la grippe espagnole. Ebola vous tuera de la manière la plus horrible qu’on puisse imaginer et il est sur le point d’aller en rampage sur l’humanité. Ou pas? Il s’avère que la menace Ebola à l’Ouest a été exagérée à un ridicule dégré. Certe, Il a été dangereux et extremement destructeur sur le continent Africain, mais contrairement à ce que les médias font croire, il est loin d’etre l’Armageddon.

1. C’est pratiquement impossible d’en etre infecté.

1

Quand la grippe espagnole a frappé en 1918, il a infecté plus d’un tiers de la population mondiale. Grace  à un taux de transmission effroyablement éfficace, le virus a balayé la race humaine comme l’infection dans un film de zombies. À l’heure actuelle la question sur toutes les lèvres est: Est-ce que le virus Ebola peut faire la même chose? La réponse: Non, aucune chance.

Contrairement à la grippe espagnole, le virus Ebola est très difficile à attraper. Pour contracter le virus, les fluides provenant d’un patient infecté doivent entrer dans votre corps par une coupure ou un de vos orifices. Si vous le vouliez, vous pourriez littéralement tremper vos mains dans le sang infecté et-à condition que vous n’ayiez une coupure et que vous laviez correctement les mains, vous n’aurez  -toujours pas Ebola.

Mais que dire des fluides courants le type que partageons dans la vie quotidienne, comme la salive et la sueur? Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), virus actif n’a jamais été isolé de la sueur. Quant à la salive, elle n’est contaminée que dans les stades les plus sévères de la maladie, ce qui signifie que vous devez d’embrasserun malade en phase terminale pour avoir une chance de l’attraper par la salive. Les des insectes suceurs de sang comme les moustiques porteurs du virus d’un humain à un autreeux non plus ne peuvent transporter le virus d’un humain à un autre..

En fait, le virus Ebola est si difficile à attraper que vous pouvez vous asseoir dans un avion à côté d’une personne infectée pour un vol entier et ne toujours pas contracter le virus. Quand un homme infecté vomit dans un avion plein de passagers en Juillet 2014 aux États-Unis, aucune personne ne’st tombé malade

2. La vitesse de transmission est très faible.

2

Lorsqu’un médecin étudie une maladie infectieuse il considère un facteur appelé le nombre de reproduction de base (« R0 »)En termes simples, R0 nous permet de savoir encore combien de personnes infectées vont propager le virus. Le VIH a une valeur de 4, ce qui veut dire qu’une personne ayant le VIH pourrait infecter quatre autres personnes.

Eux non plus ne peuvent transporter le virus d’un humain à un autre… Un super-virus comme la rougeole a une valeur de 18, ce qui la rend extremement contagieuse. Le virus Ebola d’autre part a une valeur maximale de 1,5 ou 2. Cela signifie que même si nous ne prenons aucune précaution pour isoler ou traiter une personne infectée, Cette personne ne devrait pas infecter plus de deux personnes.

Cependant, mathématiquement, même un taux aussi faible peut entraîner une infection généralisée si. Mais dans le monde occidental, le R0 duvirus Ebola est inférieure à son maximum . Etant donné que le virus se propage via les fluides. il opère mieux dans les cultures avec de mauvais soins médicaux et où les rituels funéraires consistent à entrer en contact très étroit avec le corps d’un humain à un autre. Dans les pays où l’infrastructure médicale est décente, il n’y arrive pas.  La seule condition préalable à l’arrêt de sa propagation est l’isolement; vous pouvez arrêter le virus Ebola entièrement avec tout simplement une porte.

3.Il ne deviendra pas un virus aérien.

3

De toutes les peurs entourant le virus Ebola, la plus terrifiante est qu’elle pourrait nous contaminé dans l’air. Les scientifiques peuvent essayer de nous rassurer en disant que cela ne arrivera pas, mais nous savons que les virus subissent une mutation. Sûrement, un Ebola aérien est au moins une possibilité, non? Eh bien, oui, de la même manière que c’est techniquement possible pour Carrot Top de devenir le 45eme Président des Etats-Unis. Pas une chance.

Alors que le virus Ebola pourrait théoriquement évoluer dans l’air, il faudrait aller contre tout ce que nous savons à propos de la transmission du virus pour que cela arrive. Selon l’OMS, il n’y a absolument pas de preuve que cela puisse arriver. Aucun virus dans l’histoire a changé sa méthode de transmission de manière drastique. Même un virus ultra-rapides en mutation comme le VIH et la grippe n’ont jamais changé leur méthode , et le virus Ebola est comme un paresseux endormi par rapport à ces deux autres virus.

Et que peut-on dire sur une possibilité qu’Ebola se propage par la toux et les éternuements, comme la grippe ? Encore une fois, c’est extrêmement improbable. Comme Scientific American a fait remarquer, le virus Ebola ne se réplique pas assez en grande quantité dans les poumons et la gorge pour rendre une infection par éternuement une possibilité. Le virus ne donne pas non plus à ses victimes les symptômes du rhume. Finalement, les agents pathogènes respiratoires se répartissent dans le monde entier en quelques semaines ou même quelques jours. Si Ebola avait franchit ce seuil vers un pathogène respiratoire à ce jour, nous le saurions déjà.

4. Si il entame une mutation, il deviendra moins dangereux.

4

Bien que cela semble contre-intuitif, la plupart des virus veulent réellement vous maintenir vivant. Les virus les plus prospère du monde ne sont pas ceux qui vous tueront en 12 heures, mais ceux qui, comme le HSV-1. HSV-1 s’attardent dormant dans votre système, ce qui leur permet d’infecter jusqu’à 90 pour cent des plus de 60 ans la population. Par rapport à une superbactérie darwinienne comme ça, Ebola est ridiculement pathétique.

Il tue ses hôtes si rapidement qu’il a à peine le temps de se propager. Pour Ebola, ce serait une victoire évolutive car il pourrait alors s’étendre à davantage de personnes. Pour nous, cela signifierait que le virus puisse devenir beaucoup moins mortel pour encourager cette propagation. Plutôt que d’être un précurseur de notre destruction à travers les airs, une mutation Ebola serait capable meme de sauver des vies.

5. Il n’y a pas d’infection pendant la période d’incubation.

5

L’une des choses les plus effrayants sur les virus est leur période de incubation (entre le moment où vous contractez le le virus et lorsque les symptômes apparaissent). Pendant ce temps, les maladies comme la grippe peuvent encore être contagieux, de sorte que vous pouvez propager le virus sans même savoir que vous l’avez. Heureusement, ce ne est pas le cas avec le virus Ebola.

Selon l’OMS, les patients Ebola ne peuvent pas transmettre la maladie tant qu’ils ne commencent pas à montrer les symptômes. Même si vous avez partagé une aiguille et une tasse de vomi avec votre meilleur ami la veille qu’ils aient contracter le virus Ebola, vous serez quand même pas être infecté. C’est extrêmement utile dans la lutte contre la maladie.

Comme la plupart des gens ont tendance à remarquer quand un ami souffre Ebola, nous pouvons habituellement retracer tous les mouvements d’un sujet contagieux et la quarantaine de personnes avec qui ils sont entrés en contact. Le virus s’arrête également egalement lorsque les symptômes disparaissent, donc les chances de l’attraper a partir d’un survivant sont effectivement zéro.

6. On a survécu à ce virus auparavant.

7

En 2008, Michelle Barnes descendait d’un avion de l’Ouganda, ignorant qu’elle avait un passager avec elle. dans son corps, se cachait le virus de Marburg, un proche cousin du virus Ebola avec un taux de mortalité et les symptômes quasi-identiques. Au cours des prochains jours, les symptômes ont commencé à émerger, période pendant laquelle Barnes est entré en contact avec près de 260 personnes dans sa ville du Colorado. De toutes les personnes exposées à  Barnes devinez combien ont attrapé la maladie de Marburg? Aucune. Barnes a survécu et n’a pas infecter une seule autre personne. En fait, elle ne savait même pas qu’elle avait le virus que plusieurs mois après .

Aux Pays-Bas, une autre femme qui avait été dans la même région de l’Ouganda comme Barnes a attrapé le virus de Marburg. Encore une fois, personne d’autre n’a été infectée, meme si les autorités ont  identifié 64 personnes soupçonnées d’être à haut risque. Dans littéralement chaque cas de Marburg rapportés dans l’Ouest, la mort et le bian de l’infection était minuscule. Au cours de l’épidémie de Johannesburg 1975, seulement trois personnes ont été infectées, dont un décès.

Même l’infâme frayeur de Francfort et Belgrade en 1967 vu à peine 31 personnes infectées et sept tués. C’est arrivé à un moment où notre connaissance du virus était presque inexistante et les procédures médicales moins strictes, et il a tué encore moins de personnes que l’asthme ne tue en une seule journée.

7. Notre infrastructure est excellente.

8

À part d’être au centre d’une épidémie d’Ebola, qu’est-ce que La Sierra Leone, la Guinée et le Libéria ont en commun? Réponse: Leur infrastructure médicale sont honteusement mauvaise. Les patients sont souvent placés deux ou trois dans un lit. L’eau et l’électricité peuvent être rares. Les précautions sanitaires ne sont pas respectées, et les patients ne sont pas traitées si elles ne peuvent pas payer les médicaments nécessaires. Au Libéria, de nombreux hôpitaux sont effectivement dépourvu d’équipement de protection et aussi de personnel.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que le virus Ebola se propage. Comparez cela avec les soins de santé dans l’Ouest, et les choses sont beaucoup plus différentes. En France, Il n’y a aucune raison de céder à la panique; il est hautement improbable qu’un foyer épidémique puisse se développer en France, du fait de nos structures de santé centralisées, de l’organisation des soins, des surveillances et des services d’hygiène. L’Allemagne, par exemple, dispose de sept hôpitaux spécifiquement équipés pour la lutte contre Ebola. Le système de santé du Royaume-Uni est si bon que le gouvernement pense que le nombre total de cas ne pourrait jamais atteindre deux chiffres. Aux États-Unis, le CDC a de nombreuses mesures en place pour empêcher la propagation d’Ebola. Combinez cela avec des bien financiers, les hôpitaux de haute qualité dans tous les domaines, et l’idée d’Ebola dévastatrices de nos villes cdevient plutot un fantasme.

8. Il est probable que nous ayons déjà un vaccin. 

9

En 2005, Le virologiste Heinz Feldmann créa un vaccin qui empêche la propagation du virus Ebola chez les macaques avant ou même après l’infection. Puisque personne n’était à l’époque intéressé à financer un vacci contre le virus Ebola, le travail n’a pas progressé pour les essais sur l’homme. Cependant, en 2009, il a été utilisé sur un ouvrier allemand qui se piqua accidentellement avec une aiguille infectée par Ebola. Même si on ne sait pas si elle avait jamais oui ou non déja attrapé la maladie, le vaccin lui a peut-être sauvé la vie. Cela n’etait pas le seul traitement Ebola tenue en periode d’essais sur les hommes.

Selon le professeur de médecine tropicale Jeremy Farrar, il ya plusieurs vaccins potentiels déjà crée dans les laboratoires, ce qui pourrait fournir un certain niveau de protection contre le virus. Par les normes ordinaires, ils sont encore loin d’être prêt pour les consommateurs. Mais si le choix se situe entre jamais prendre ce médicament et une forte probabilité de la mort, comme il le fait pour les personnes souffrant d’Ebola actuellement en Afrique de l’Ouest- On peut dire que plusieurs de ces traitements expérimentaux sont suffisamment prometteurs pour les ouvrir au public.

9. La menace n’est qu’une panique générée par les médias.

online media

 

A présent, vous vous demandez sans doute pourquoi nous entendons tellement parler de ce virus qui ne fera pas long feu d’ailleur. Pourquoi les publications de journaux contredisent intentionnellement tout ce que les professionnels de la santé et médicaux disent et nous racontent des mensonges en comme si le monde que nous connaissons est sur le point de se terminer? Il ya quelques raisons, et elles sont très simple: Leur audiences mangent ca. Examiner n’importe quelle pandémie du passé et presque n’importe laquelle des histoires de  ces pandémies de la dernière décennie, se concentraient exclusivement sur les aspects négatifs.

Pendant l’épidémie de SRAS, le Daily Mail titrait «Le SRAS plus grave que le SIDA, » Leur prédiction: plus d’un milliard de cas. Il n’y a pas eu un seul cas enregistré dans le monde entier depuis 2004. Lorsque la grippe porcine a explosé, plusieurs journaux ont affirmé qu’il pourrait tuer 120 millions de personnes. Au Royaume-Uni, l’effet de la panique était pire que la grippe elle-même. En été 2009, seulement 30 personnes étaient mortes, mais la panique provoquée par les médias avait presque écrasé beaucoup de services de santé.

Les gens ne veulent tout simplement pas être rassurés. Si nous avions appelé cet article «10 raisons Ebola va détruire la France (Et c’est la faute de Hollande), » J’aurais eu assez de traffic pour aller a la retraite et payer toutes mes dettes.us serions en tirant dans suffisamment de trafic dès maintenant pour payer toutes nos prêts hypothécaires. Même affaire avec sites d’actualités: Ils ne peuvent pas laisser l’autre gars obtenir tous les clics d’Ebola, de sorte qu’ils sortes des articles , effrayants comme si ils tiraient sur tout ce qui bouge.

Après tout, a force de continuer a installer la psychose il pourraient finir par avoir raison… Une maladie peut dévaster la Terre entière à un moment donné dans l’avenir. Mais cette maladie ne sera pas l’épidémie Ebola Et le plus tot les rédacteurs et les reporters du monde se rendent compte de cela, le plus facil les choses seront. et juste, le meilleur.